Un vote pour la mise sur pied de la motion d'un comité spécial d'anticorruption aura lieu à la Chambre des communes par les partis d'opposition pour mettre en lumière le scandale de l'affaire « WE Charity ».

Une élection fédérale pourrait être déclenchée dans la deuxième vague de la pandémie. « Si le Parlement détermine qu'il n'a plus confiance en ce gouvernement, malheureusement, ça va vouloir dire, effectivement, des élections », a déclaré ce mardi le premier ministre du Canada Justin Trudeau.

L'opposition tente de convaincre les 24 députés néo-démocrates à se joindre à l'opposition pour renverser la situation. Un porte-parole du NPD affirme que les négociations continuent. Une des stratégies envisagées serait de simplement changer le nom de la motion.

Le chef conservateur Erin O'Toole soutient que l'objectif n'est pas de retourner aux urnes, mais plutôt d'obtenir des réponses sur le scandale « WE Charity ».

Quant à eux, les bloquistes comptent appuyer la motion et le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, a affirmé à haute voix qu'il n'a pas confiance au gouvernement libéral.

L'opposition veut la « vérité »

Le député conservateur de Carleton en Ontario Pierre Poilievre croit que les libéraux cachent de grands secrets. « C'est le comportement de quelqu'un qui a des gros secrets […] et qui veut éviter que cette vérité soit connue […] et maintenant il est prêt à nous lancer dans une élection au sein d'une pandémie [dans une] deuxième vague », affirme Poilievre.

« Le gouvernement considère cette motion comme une motion de confiance. […] C'est clair que ceci est un vote de confiance » Le leader du gouvernement à la Chambre des communes, Pablo Rodriguez.

La députée néo-démocrate d'Edmonton Strathcona en Alberta, Heather McPherson soutient que WE Charity n'est pas une bonne organisation. « C'est totalement l'opposé d'une bonne organisation », précise-t-elle. Elle dit être interpellée par les 912 M$ disparus qui devaient soutenir les étudiantes et étudiants.

L'entente de 912 M$ entre WE Charity et le gouvernement du Canada a été annulée le 3 juillet 2020. Une enquête a été lancée le jour même par le commissaire de l'éthique, puisque l'organisme est proche de la famille Trudeau.

L'enquête révèle que l'ex-ministre des Finances, Bill Monreau, s'est fait offrir deux voyages familiaux d'une valeur de 42 000$ par WE Charity. Entre 2016 et 2020, la famille Trudeau a reçu près de 300 000$ de l'organisme.

Pablo Rodriguez qualifie la motion conservatrice « d'irresponsable ». M. Rodriguez soutient qu'il serait préférable de débattre d'enjeux plus importants. « Nos ainés ont souffert plus que quiconque […] dans cette pandémie. Des milliers de personnes se cherchent un [emploi], vous avez des parents sont inquiets parce que les écoles sont fermées, c'est de ça qu'on devrait débattre aujourd'hui ».