Portrait d'une campagne pour les jeunes, par les jeunes

Portrait d'une campagne pour les jeunes, par les jeunes
À 21 ans, Juliette Côté-Turcotte s'est présentée comme candidate indépendante pour le poste de conseillère de ville dans le district De Lorimier. (Source : Arielle Desgroseilliers-Taillon)

Par Arielle Desgroseilliers Taillon

Feuilles colorées, température fraîche, soleil qui se couche en début de soirée : octobre et novembre ne faisaient pas exception à la règle, l'automne était bel et bien arrivé. À travers ces éléments habituels se démarquait un événement qui revient habituellement à chaque quatre ans, soit les élections municipales.

Sur le Plateau Mont-Royal, chaque coin de rue arborait le visage des candidats de Projet Montréal, d'Ensemble Montréal et d'une nouvelle recrue, Juliette Côté-Turcotte. Cette dernière se présente comme candidate indépendante au poste de conseillère de ville et, par ses pancartes énormes (beaucoup plus grosses que celles des autres partis) et par la qualité de celles-ci, cette inconnue de la sphère politique intrigue et, par moment, dérange. Qui est cette jeune femme et avec qui travaille-t-elle ?

Se présenter comme politicienne à 21 ans

Juliette Côté-Turcotte m'a expliqué être intéressée par la politique depuis toujours,  c'est d'ailleurs ce qui explique ses études en science politique à l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Son intérêt pour la politique municipale a débuté en 2017.

Avec une équipe de jeunes bénévoles aux études, Juliette n'a pas pu bénificier d'une aide aussi grande que celle dont profitent la plupart des candidats de Projet Montréal ou d'Ensemble Montréal. Pendant près de deux mois, elle a sonné aux portes des résidents du district De Lorimier plusieurs fois par semaine pour faire valoir ses idées. Plusieurs étaient heureux d'apercevoir un nouveau visage, surtout que Marianne Giguère, élue comme conseillère de ville depuis 2017 avec Projet Montréal, n'avait pas de réel adversaire dans le quartier.

Juliette met également de l'avant la place minime des jeunes en politique. Pour mieux comprendre les enjeux de la campagne de Juliette, voici un extrait de notre entrevue ainsi que le lien vers son site web.

Discutons Montréal

Amis avec Juliette depuis de nombreuses années, Romy Senécal et Arto Beringer désiraient s'impliquer dans sa campagne, mais le couple ne possédait aucune connaissance politique. Après maintes discussions, l'idée de créer un podcast pour souligner les enjeux de la politique municipale ainsi que faire connaître Juliette est arrivée sur la table. « Au départ, elle [Juliette] voulait faire une web-série pour parler des différents enjeux en lien avec les municipalités. La formule qu’elle avait pensée développée et qu’on a réalisée ensemble était de recevoir des invités différents à chaque épisode, mais à travers le temps, l'idée a évolué et on a réalisé qu'il pourrait être intéressant d'avoir les discussions sous forme de podcast », a souligné Romy. D'ici les prochaines semaines, la série devrait se retrouver sur différentes plateformes de streaming comme Spotify.

Dans sa série de podcasts de six épisodes nommée Discutons Montréal, Juliette Côté-Turcotte aborde des sujets comme la précarité menstruelle, la crise du logement, les infrastructures dans les parcs et plus encore. Romy et Arto se sont chargés de tous les aspects techniques du projet, en passant par le tournage, la prise de son et le montage. « Moi je n’avais jamais travaillé pour quoi que ce soit de politique, alors je trouve que c’est quand même nice ce qu’on a réussi à faire », a confié Romy.

Ce projet comptait plusieurs objectifs, le premier étant de faire connaître Juliette. Selon Arto, l'idée était excellente, car elle a permis à la jeune politicienne d'être vue sur les réseaux sociaux avec des propos intelligents et interessants, mais le format n'était peut-être pas le meilleur. Les épisodes enregistrés sont longs (entre 35 minutes et une heure) et complexes, ce qui pourrait en décourager plusieurs. Dans le futur, Arto, Romy et Juliette souhaitent produire d'autres épisodes, mais d'une différente manière. « Pour la suite, on va s’entendre sur des questions plus concises qui vont expliquer la base et si les gens aiment ça, on va pousser de plus en plus loin. À partir de maintenant, le but est de faire connaître Juliette d’ici les prochaines élections. Il y a du temps pour que les gens l’apprécient et qu'elle devienne une personnalité publique, mais pour arriver à ça, il faut être accessible», a expliqué Arto.

L'idée derrière le projet était également d'attirer l'attention d'un public plus jeune, population qui se sent souvent délaissée lors des élections municipales. En raison de la popularité actuelle des podcasts chez les jeunes adultes, Juliette, Romy et Arto désiraient rejoindre, entre autres, cette portion des électeurs. Par contre, comme mentionné ci-dessus, le format n'était peut-être pas idéal et c'est sur quoi l'équipe travaillera durant la prochaine année.

Le deuxième épisode de Discutons Montréal avec l'organisme à but non lucratif Monthly Dignity abordre la problématique de la précarité menstruelle. 

Directeur de campagne à temps partiel, étudiant à temps plein

Michael Chiappone a rencontré Juliette au baccalauréat en science politique l'année dernière. Lorsqu'il a appris que cette dernière considérait se lancer en politique, il lui a très rapidement fait savoir son intérêt à s'impliquer au cours de la campagne électorale.

En 2020, Michael avait fait un stage auprès d'un ancien conseiller de ville qui était auparavant avec Ensemble Montréal et qui est par la suite devenu indépendant. «Ce stage m'avait donné un bon gabarit sur la politique municipale, j'étais déjà assez outillé dans le domaine », m'a-t-il mentionné. Ce qui l'a directement attiré à travailler auprès de Juliette était les valeurs mises de l'avant dans sa campagne. Dans cet extrait, Michael explique en quoi son poste consistait.

Dans le futur, Michael ne rejette pas l'idée de se présenter, mais pour l'instant, il précise préférer être derrière un candidat. « Je me laisse la porte ouverte, on ne sait jamais !», a-t-il ricané.

Une campagne remarquable

Malgré sa petite équipe de bénévoles, Juliette Côté-Turcotte a tout de même récolté 18.9% des votes dans son arrondissement, un résultat impressionnant pour une première campagne en tant que candidate indépendante. Elle souhaite se représenter dans quatre ans et d'ici là, elle aimerait s'impliquer dans le milieu communautaire. « Ma campagne m'a fait réaliser qu'on a tellement d'organismes merveilleux et que je veux contribuer davantage! »