Les compagnies de transports scolaires du Haut-Richelieu s'unissent pour la sécurité des enfants: le directeur d'Eugène Dolbec et fils inc., Claude Champagne a rédigé un document pour tenter de régler les problèmes routiers près des écoles et a incité ses homonymes de la région à faire de même.

C'est un accident survenu le vendredi 29 novembre 2019, impliquant une fillette de six ans, qui a fait réagir le directeur de cette compagnie de transport scolaire. " La petite est sortie de la voiture de ses parents et est tombée sous un bus en courant. Le chauffeur ne l'a pas vu et l'a happée. Je me suis dit là, c'est assez. Il faut faire quelque chose ", explique M. Champagne.

Même si l'enfant s'est bien rétablie de ses blessures majeures, la compagnie ne l'a pas oublié et tient à travailler avec les autres transporteurs de la région et la Commission scolaire des Hautes-Rivières pour prévenir les incidents de ce genre. " Je me suis mis à analyser la situation et j'ai fini par écrire un document avec tous les problèmes à régler pour chaque cour d'école. D'autres compagnies du coin comme Ménard et Transdev sont en train de le faire aussi "

Quatre principales solutions proposées dans le document

• Modifier la rue devant certaines écoles en sens unique pour réduire les manoeuvres dangereuses des parents qui désirent déposer leurs enfants et éviter que les enfants traversent avec la possibilité de se faire happer.

• Modifier l'emplacement des autobus lors des débarquements et embarquements et ne pas les faire entrer dans la cour d'école, pour diminuer les risques de collisions avec les automobiles ou les enfants.

• Envoyer un communiqué aux parents avec une interdiction de déposer leurs enfants sur la même rue que les autobus et des conséquences si l'interdiction n'est pas respectée.

• Améliorer la surveillance lors des heures de pointe pour certaines écoles où les enfants sont laissés à eux-mêmes pour les empêcher de courir partout et de parfois bloquer le chemin aux autobus.

Concrétisation du projet

M. Champagne craignait de ne pas être pris au sérieux par son supérieur, la compagnie Transport scolaire Sogesco inc., mais celle-ci a montré son support en accompagnant le document d'une lettre d'appuie.

La Commission scolaire des Hautes-Rivières a aussi répondu aux inquiétudes des compagnies de transports, qui souhaitent ne pas être les seuls responsables de ce projet de sécurité. Le directeur adjoint de l'équipe des transports de l'établissement, Simon Bradette, leur a ouvert la porte concernant une possible rencontre qui aura lieu en mars, pour présenter les documents de chaque compagnie et d'en discuter.

Si la commission scolaire est en accord, le projet sera soumis à la Ville de Saint-Jean-sur-Richelieu. " Nous sommes prêts à travailler fort avec tout le monde pour créer de vrais changements pour le bien de nos jeunes ", déclare Claude Champagne, avec l'espoir que son idée se réalise.

Zone d'embarquement à l'École Notre-Dame-du-Sacré-Coeur à Saint-Jean-sur-Richelieu.
Zone d'embarquement à l'École Notre-Dame-du-Sacré-Coeur à Saint-Jean-sur-Richelieu. (Crédit photo : Mégan Champagne)