La démission de la conseillère municipale Rosannie Filato laisse planer le doute sur l'unité au sein des troupes de Projet Montréal, selon une spécialiste en politique municipale.

Cette démission témoigne d'une fragmentation au sein du parti, croit la professeure au Département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale de l'UQAM Danielle Pilette. "L'hypothèse qu'on peut faire, c'est qu'il y a une fissure qui s'élargit entre la mairesse de Montréal et certains membres du comité exécutif", a-t-elle dit à L'Atelier.

Elle explique que le comité exécutif semble avoir peu de pouvoir décisionnel. " Les décisions sont annoncées par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, et le président du comité exécutif, Benoit Dorais, lui-même est assez effacé. " La professeure va même jusqu'à qualifier de " one woman-show " la gouvernance de la mairesse Plante.

Filato demeure conseillère

Rosannie Filato, qui était responsable du Service de police de la Ville de Montréal, a annoncé mardi sur les réseaux sociaux ne pas vouloir solliciter de deuxième mandat. Elle terminera son mandat de conseillère de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension. Mme Filato a souligné, dans sa déclaration, avoir l'honneur de passer le flambeau de responsable du SPVM à " une femme en qui [elle a] pleinement confiance ".

La mairesse Valérie Plante annoncera mercredi l'identité de la nouvelle responsable de la sécurité publique au comité exécutif.

Mme Filato, aussi avocate syndicale en droit du travail, a mentionné qu'elle ne renonçait pas à son affiliation au parti.

" Je tiens à réitérer tout mon appui à notre mairesse Valérie Plante et à mes collègues du caucus de Projet Montréal ", a-t-elle affirmé.