Alors que la propagation du nouveau coronavirus ralentit à New York et en Europe, plusieurs pays entament tranquillement le déconfinement de leur population. Tour d'horizon d'une levée de restrictions à géométrie variable.

Tandis que le président français, Emmanuel Macron, annonçait lundi le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai, l'Autriche, elle, assouplissait ses mesures de protection sanitaire. D'ici le 1er mai, les centres commerciaux, les parcs et les grands magasins pourront accueillir des visiteurs, moyennant toutefois des restrictions, notamment la distanciation sociale et le port du masque.

Depuis le début de la crise, la population autrichienne s'est ralliée derrière son chancelier, Sebastian Kurz, qui a mis sur pied un corset de mesures bien avant le reste de l'Europe. Un mois plus tard, le plan de déconfinement du gouvernement autrichien, qualifié de "résurrection" par M. Kurz, pourrait lui aussi servir de modèle pour les membres de l'Union européenne.

Avec moins de 7000 cas de contamination et à peine 300 morts liés à la COVID-19, le Danemark entame lui aussi une levée prudente de son confinement. Premier à rouvrir ses écoles maternelles et primaires dans un effort de redémarrage économique, le pays scandinave a essuyé certaines critiques, notamment de la part de parents inquiets pour la santé de leurs enfants.

La première ministre sociale-démocrate, Mette Frederiksen, a depuis reconnu marcher sur une corde raide. " Si nous restons immobiles sur le chemin, nous pourrions tomber. Et si nous allons trop vite, ça peut mal tourner, " a-t-elle reconnu.

Le prélude chinois

Après 77 jours de confinement quasi total, la ville chinoise de Wuhan, berceau de la pandémie, a récemment entrepris une réouverture progressive de sa population, à commencer par ses commerces et ses entreprises.

Toutefois, l'expérience chinoise donne le ton à un déconfinement mondial qui risque d'être long et difficile. Émeutes, maintien des dispositifs de surveillance et timide reprise de l'économie, la levée du confinement en Chine ne laisse pas entrevoir un retour à la normale de sitôt.

Le 14 avril dernier, l'Organisation mondiale de la Santé disait même craindre une " résurgence mortelle " de la COVID-19, en raison du déconfinement hâtif de populations pourtant toujours potentiellement contaminées.

Avec l'Agence France-Presse

À Wuhan, en Chine, la population se réveille tranquillement d'un confinement complet de 77 jours.
À Wuhan, en Chine, la population se réveille tranquillement d'un confinement complet de 77 jours. (Crédit photo : © NOEL CELIS / AFP )