Enseignants, médecins spécialistes et proches aidants appelés en renfort

Le premier ministre du Québec, François Legault, a enjoint mardi aux personnes ayant diverses formations médicales de prêter main-forte aux travailleurs de la santé, plus précisément aux préposés aux bénéficiaires. Il a évoqué le besoin criant de main-d’œuvre dans les CHSLD et les résidences privées pour aînés (RPA) et réitéré son objectif d'aider en priorité les aînés à faire face à la crise de la COVID-19.

«J'en appelle à votre sens du devoir pour protéger les plus vulnérables», a-t-il imploré lors de sa conférence de presse, mardi. Les enseignants en sciences infirmières, les médecins spécialistes et même les personnes qui s'étaient retirés du milieu de la santé, mais qui détiennent des compétences dans ce domaine, sont visés par cet appel.

«On compte aujourd'hui 1250 employés, juste dans les CHSLD, qui sont absents.  [...] On a besoin de bras, et on va tout faire pour protéger les aînés dans la dignité», a martelé François Legault devant les regards approbateurs de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, et du directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Le premier ministre a également avancé que certains proches aidants pourraient venir aider dans les CHSLD et les RPA en raison du manque de main-d’œuvre dans ces établissements. Les proches aidants devront toutefois avoir une certaine expérience et devront en outre être connus des établissements auprès desquels ils feront œuvre utile.

De plus, ils seront confrontés à une réglementation très stricte: ils subiront des tests de dépistage pour la COVID-19 qui devront s'avérer négatifs. Ils devront s'occuper uniquement de la personne qu'ils connaissent et ne pas se tenir à proximité des autres patients ou des employés. Enfin, ils devront détenir leur propre équipement médical.

«Je parlais hier [lundi] de la balance des inconvénients. C'est ce qu'on a pesé, puis on pense que, compte tenu du manque de personnel dans les CHSLD, ça vaut la peine de demander à certains proches aidants de venir nous donner un coup de main», a affirmé François Legault.

Situation critique

M. Legault a affirmé dans son point de presse quotidien que «sur les 2600 résidences [à travers le Québec], 41 sont plus critiques et on doit suivre la situation de très près».

Mardi soir, le gouvernement du Québec a rendu publique une liste présentant les milieux de vie pour personnes âgées et vulnérables les plus touchées par l'épidémie de COVID-19. Parmi les quelque 140 établissements y figurant, 25 ont été classés en «rouge», entre 29 % et 72 % des résidents y ayant contracté le virus. On comptait également 16 habitations en «orange» comptant un taux d'infection entre 15 et 23%, tandis que le reste des établissements, classés «en jaune», comprend entre 1 % et 13 % des bénéficiaires atteints de la COVID-19.

Parmi les établissements les plus touchés, on retrouvait le CHSLD Sainte-Dorothée, à Laval, où 120 résidents ont été déclarés positifs. En nombre relatif, la Résidence Ferland, attachée au CIUSSS de l'Estrie, est la plus touchée : 72% des 32 résidents en sont atteints.

La liste complète des établissements touchés est disponible sur nos plateformes numériques. Ces données seront mises à jour quotidiennement pour refléter l'évolution du nombre de cas : la population pourra donc demeurer informée.

«Il y a du travail qui est en train d'être fait en ce moment pour que des tests soient réalisés. Puis il y a des cas qui sont suspectés et qui vont, dans certains cas, être confirmés, a affirmé M. Legault. Mais pour la question des décès, je pense que [ceux] liés à la COVID-19 sont rapportés. Bien que ça prenne parfois quelques jours, ils ne sont pas sous-estimés.»

Le personnel à bout de souffle

Plus de 450 médecins et 1000 infirmières ont été déployés dans différentes régions administratives de la province. Mais les membres du personnel médical font face à une charge émotive importante.

Dans certains CHSLD, les employés sont au bord de l'épuisement en raison du stress et des heures de travail supplémentaires travaillées. D'autres sont confrontés à des décès tous les jours.

Cette réalité pèse lourd sur le moral du personnel soignant, qui est contraint, bon gré mal gré, de garder son sang-froid afin de prendre des décisions cruciales pour les patients.

Le premier ministre du Québec avait déjà proposé une initiative pour mieux rémunérer les préposés aux bénéficiaires et le personnel travaillant dans les résidences privées pour aînés avec comme objectif d'accroître l'attractivité du secteur et d'obtenir plus de renfort dans les établissements.

Selon ce qu'a laissé entendre aujourd'hui le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, Ottawa pourrait adopter une stratégie connexe.