La situation de la COVID-19, un jeu d’enfant? Ça dépend pour qui. « Chez les plus petits d’entre 3 et 7 ans, ils sont dans le jeu, alors la plupart sont bien contents d’avoir des parents , avec qui ils peuvent dîner à la maison. La majorité ne réalise pas nécessairement ce qu’il se passe », explique Nathalie Parent, psychologue spécialiste dans le domaine de l’enfance et de la famille. Par contre, pour ceux âgés de 7 à 11 ans, c’est moins facile puisqu’ils comprennent ce qu’il se passe et peuvent s’ennuyer de leurs amis, selon Dre Parent.

« C’est une situation qui demande de l’adaptation pour tout le monde, mais en particulier pour les enfants. Ça les met dans une période d’intolérance à toute l’incertitude », mentionne Marie-France Garneau, psychologue en clinique privée auprès des enfants, entre autre. Il faut alors être à l’écoute des besoins de l’enfant :
« parfois, leur anxiété peut se traduire par des maux physiques, des changements dans leur appétit, des difficultés à dormir et une perte d’énergie. Au niveau émotionnel, on peut remarquer s’il a de l’ennui face au manque de stimulation, s’il a l’air dépassé, s’il est plus irritable,  ou s’il s’isole. Bref, s’il y a un changement dans son attitude, il faut en discuter avec lui », ajoute-t-elle.

Relativiser et verbaliser, tel est le conseil donné par Dre Parent afin de ne pas perdre la tête. Il faut déconstruire les fausses idées des enfants, sans les surcharger d’informations pour les aider à vaincre l’anxiété. Il est possible de leur expliquer que ce virus est plus dangereux pour les personnes âgées ou celles ayant un faible système immunitaire ou souffrant de problèmes pulmonaires. Afin de rassurer les enfants, Dre Parent explique qu’il faut mettre l’accent sur le fait que « les enfants ont des soldats à l’intérieur, soit leur système immunitaire, qui leur permettent de combattre ce virus-là et que pour eux, ce serait plus comme une grosse grippe ».

Dre Garneau conseille pour sa part aux parents d’établir une routine avec leurs enfants afin d’occuper leur journée et de les désennuyer. La journée idéale est la journée où « l’on alterne les activités physiques et celles stimulant la curiosité intellectuelle, telles que la lecture ou les mots croisés, puis des activités de détente, comme écouter des films ou de la musique ».

« On peut aussi l’inviter à faire un dessin sur comment il voit la situation ou encore à écrire un texte. Ça peut être très efficace pour les aider à extérioriser leurs émotions », affirme Nathalie Parent. Justement, dans les prochaines lignes, la parole revient aux enfants qui expliquent et qui illustrent comment ils perçoivent cette situation hors de l’ordinaire.

« Voici ma trottinette que j’ai eue en cadeau, j’aime aller en faire dehors. Je m’ennuie de mes amis, j’aimerais ça inviter mes amis à la maison, mais au moins c’est cool de jouer avec eux grâce à Messenger. Ce n’est pas comme des vacances, car on reste à la maison pour une raison.  Le coronavirus, selon moi, c’est une grosse bibitte dangereuse qui rentre par notre nez et nos oreilles et qui peut nous faire plein d’affaires. » Alex, 7 ans et demi.

« Me voici sur mon dessin en train de construire une maison dans la cour avec mes parents. Je m’ennuie de mon prof et de mon ami! Je reste à la maison pour mon bien, car le coronavirus est une maladie qui tue du monde et qui est très dangereuse. » Benjamin, 9 ans.

« La première moitié de mon image, c’est moi dehors parce que j’aime aller dehors. La deuxième moitié de mon dessin c’est moi qui suis triste parce que je ne peux pas jouer avec mes amis. Le coronavirus, ce n’est pas mortel pour nous, mais il ne faut pas sortir sinon trop de monde va l’attraper et mourir. » Gabrielle, 6 ans et demi.

« J’aime bien être à la maison puisque le seul travail que je fais c’est de la révision et je peux jouer de la musique tant que je veux. Par contre, le moins cool c’est que ma fête a été reportée. Le coronavirus est une maladie qui a commencé en Chine qui est très contagieuse, il faut rester isolé puisqu’il faut protéger nous et les autres, mais surtout les aînés. Si j’ai des amis qui sont inquiets, je leur dirais qu’on peut avoir la COVID-19 sans être malade et il y a plein de docteurs pour nous traiter. » Alexandre, 10 ans.

« J’aime jouer à des jeux de société avec ma sœur. Le coronavirus est mortel pour les personnes vulnérables, mais pour les personnes moins vulnérables, c’est juste une très grosse grippe. Je reste à la maison pour ne pas transmettre le virus parce que si on le transmet, le virus va continuer longtemps. Je me sens comme dans une prison, mais j’ai la possibilité de faire quand même beaucoup de choses. Je suis comme dans une cage, mais je peux en sortir. » Zachary, 8 ans et demi.

« Je me sens serein avec cette situation. Je joue au portable, j’écoute la télé et parfois je fais des promenades dehors avec ma trottinette. C’est ennuyant de rester tout le temps à la maison d’autant plus que je m’ennuie aussi beaucoup de mes amis..Selon moi, le coronavirus est une maladie qui s’attaque aux poumons et je dois rester à la maison, car je peux attraper le coronavirus si je vais dehors. » Jérémy, 11 ans.

« Je suis très énervée dans la maison alors j’ai dessiné une tornade et mon chien, car lui aussi il est très énervé. J’aime bien être à la maison avec mes parents, mais en même temps c’est un peu poche, car je ne peux pas voir mes amis. Le coronavirus c’est comme une grosse grippe et c’est important de rester isolé pour ne pas l’attraper et pour ne pas contaminer les autres.»
Jiane, 9 ans et demi.

« Sur le dessin, je fais du vélo avec ma famille. Ils me rendent heureux. Je m’ennuie de mes amis à l’école. Le coronavirus ne me stresse pas trop, mais pour les autres que ça pourrait stresser, je leur dirais que ça touche plus les personnes âgées, ceux qui ont le diabète ou des maladies, des personnes qui ont des problèmes respiratoires. Ce n’est pas comme des vacances parce que je ne peux pas aller au parc. » Léo, 9 ans.

« Parfois je joue aux jeux vidéo, parfois je joue aux figurines et j’écoute des films. Je m’ennuie un peu de l’école et de mes amis. Ça me fait peur d’attraper le coronavirus. Je FaceTime mes amis et je joue en ligne avec eux. J’ai l’impression d’être en vacances en ce moment. » Matteo, 7 ans.

« J’aime être à la maison tous les jours, car je peux voir mes animaux de compagnie, mes cochons d’Inde et je ne me fais pas crier de mauvais mots à l’école. J’occupe mes journées en faisant des maths de 6​e​ année, je lis et je joue dehors. Je ne m’ennuie pas de mes amis, puisque je n’ai pas d’amis à l’école. Par contre, je m’ennuie de ma professeure et des maths super faciles de l’école. Le coronavirus c’est une maladie grave et il n’y a pas encore de vaccin. Il est important de rester à la maison pour se protéger, mais surtout pour protéger les aînés. Pour rassurer les autres enfants, je leur dirais ”ne vous inquiétez pas, vous n’allez pas mourir !»
Christopher, 8 ans.

« Ça me va très bien d’être à la maison puisque je regarde la télévision et je joue à l’ordinateur. Je me sens normal avec cette situation. Sur mon dessin, les oreilles de mon chien sont levées, car il ne comprend pas ce qu’il se passe. Je pense que le coronavirus est une maladie qui se répand rapidement dans les poumons et il faut rester à la maison pour ne pas infecter les vieux et qu’ils meurent. » Thomas, 8 ans.

« C’est le sourire de mes amis dont je m’ennuie le plus ! Le coronavirus est un virus qui est parti de Chine par les animaux, puis des Chinois l'ont attrapé et ceux qui voyageaient dans d’autres pays l'ont amené dans d’autres pays. Si on voyage trop, on peut l’attraper et le donner à d’autres personnes. C’est pour ça que c’est important de rester à la maison. Pour rassurer ceux qui sont inquiets, je peux leur dire que s’ils l’attrapent, ce n’est pas aussi grave que si une personne de 70 ans l’attrape. Pour les 70 ans et moins, ce n’est pas très dangereux. » Justin, 8 ans.

« Je n’aime pas beaucoup ça être à la maison tous les jours, mais je suis contente de faire l’école à la maison. Mon dessin représente la trottinette que j’ai reçue et j’aime en faire. Je m’ennuie de mon prof et de mes amis. Suivez les règles, c’est important ! » Léa, 8 ans.