Quelque 30 000 respirateurs artificiels additionnels seront fabriqués au cours des prochaines semaines, a annoncé mardi Justin Trudeau.

"Ils vont être prêts dans les mois et les semaines à venir", a souligné le premier ministre lors de son point de presse quotidien. "30 000 ventilateurs, c'est un gros chiffre, mais on va espérer que ça va être beaucoup plus que suffisant", a-t-il ajouté.

M. Trudeau n'a pas indiqué quand ces appareils seront disponibles, mais il a insisté sur le fait qu'ils devaient être fabriqués rapidement et en grande quantité pour être prêts à toute éventualité. Selon lui, "se préparer pour le pire des scénarios est la chose responsable à faire".

Ottawa travaille actuellement en étroite collaboration avec le chercheur Arthur McDonald, l'un des trois récipiendaires du Prix Nobel de physique en 2015, afin de faciliter la production de ces 30 000 respirateurs artificiels. Le but est de développer les appareils les plus simples à fabriquer.

Ravi que l'industrie se mobilise, le premier ministre a aussi fait savoir que 5000 entreprises canadiennes sont ouvertes à collaborer avec son gouvernement pour continuer la fabrication de produits essentiels.

CAE, Thornhill Medical, Ventilators for Canadians et un groupe dirigé par StarFish Medical se sont quant à eux portés volontaires pour produire les 30 000 respirateurs, indispensables pour soigner les patients gravement atteints de la COVID-19.

Le gouvernement a par ailleurs signé des contrats avec Arc'teryx, Canada Goose et Stanfield, qui participeront à la fabrication de blouses médicales nécessaires aux travailleurs canadiens de la santé.

Justin Trudeau a finalement annoncé que l'entreprise américaine 3M, qui fabrique des masques N95, livrera mercredi une cargaison de 500 000 masques. La compagnie a eu le feu vert de la Maison-Blanche la semaine dernière pour reprendre ses exportations au Canada et en Amérique du Sud.

Ottawa a reçu 8 millions de masques chirurgicaux de la Chine lundi et il devrait en recevoir d'autres prochainement.

Un nombre au hasard ?

Le premier ministre a tenu à spécifier qu'il s'assurera que tous les équipements reçus respecteront les normes canadiennes. Et s'il se retrouvait avec du matériel excédentaire, il serait prêt à le partager.

" On espère ne pas avoir besoin de tous ces ventilateurs, [...] de tout l'équipement que le Canada va produire. Mais on sait que même si on n'en a pas besoin, il y a peut-être des pays dans le monde qui vont en avoir besoin", a-t-il souligné.

Au Royaume-Uni, la semaine dernière, plusieurs entreprises ont été sollicitées par le gouvernement pour répondre à une demande de 30 000 respirateurs en deux semaines, un nombre identique à celui du Canada.

De son côté, la France possède actuellement 30 000 appareils respiratoires, mais ce nombre inquiète là-bas, étant donné que le pays compte déjà près de 30 000 personnes hospitalisées, dont 7131 admis aux soins intensifs.

Puisque les personnes très affectées par la COVID-19 peuvent rester une vingtaine de jours sous ventilation, un manque d'appareils pourrait éventuellement survenir.

Au Canada, la situation est moins grave actuellement puisque seulement 702 cas ont été hospitalisés, dont 204 admis aux soins intensifs.

À ce stade, Justin Trudeau estime que le nombre de respirateurs commandés est amplement suffisant et qu'une pénurie n'est pas à craindre. Pour ce faire, les Canadiens doivent continuer de respecter les consignes de distanciation sociale.

0
0 (Crédit photo : 0)