Avec les doses supplémentaires de vaccin contre la COVID-19 annoncées par Ottawa vendredi dernier, les personnes âgées de 65 ans et plus pourront être vaccinées dans les prochaines semaines, ce qui fait en sorte que M. Legault a ouvert la porte à un possible retour aux rassemblements privés.

Une fois que tous les 65 ans vont être vaccinés, j'espère qu'on va pouvoir recommencer à avoir de la visite à la maison. [Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda] semblait me dire oui, avec des réserves évidemment« -F. Legault.

À la veille du triste premier anniversaire de la pandémie, François Legault a laissé transparaître une brèche d'espoir ce mardi. "Une fois que tous les 65 ans vont être vaccinés, j'espère qu'on va pouvoir recommencer à avoir de la visite à la maison. [Le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda] semblait me dire oui, avec des réserves évidemment", souligne-t-il.

Cela ne pourrait être qu'une question de semaines. D'ici la mi-mai, le gouvernement du Québec souhaite avoir terminé l'immunisation des 65 ans et plus. M. Legault rappelait qu'il s'agit des personnes les plus vulnérables face aux complications du coronavirus. Le groupe d'âge représente environ 80 % des hospitalisations.

M. Arruda attend quant à lui les résultats de l'impact de la semaine de relâche sur l'évolution de la pandémie avant de jeter son dévolu, notamment avec la propagation des variants du virus. Ceux-ci ont été contenus jusqu'à maintenant de manière plutôt efficace avec un taux de positivité de 18 % à Montréal, soit la moitié de ce qui est vu en Ontario.

Pour que les rêves de Legault se concrétisent, le directeur national de la santé publique préconise un déconfinement graduel et invite la population à le respecter. Il rappelle aussi que la protection du vaccin n'apparaît que trois semaines après l'injection de la première dose. Il a néanmoins admis que des rassemblements pourraient avoir lieu "avant qu'on ait reçu les deux doses."

La répartition des vaccins

Un total de 20 000 doses du vaccin d'AstraZeneca serviront essentiellement à l'inoculation à domicile, car il est plus facilement transportable. Le reste sera utilisé dans les cliniques de masse où le vaccin de Pfizer-BioNTech est donné. Celui de Moderna devrait être consacré à la vaccination en pharmacie qui s'amorce dès la semaine prochaine.

Ce n'est donc pas moins de 200 000 doses qui arriveront au Québec dans le courant de la semaine, ce qui permettra d'accélérer considérablement la campagne dans la province. Le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, indique que près de 1,1 million de doses devront être reçues d'ici la fin mars.

Ce dernier n'exclut pas la vaccination 24 heures sur 24 comme d'autres pays le font actuellement. "Donnez-nous la chance d'avoir de la régularité", demande-t-il. La livraison des vaccins est encore trop incertaine, mais lorsqu'elle sera plus assidue, cette option pourra être considérée.

La reprise des sports

En réaction aux manifestations de ce week-end pour un retour à l'activité physique, François Legault a affirmé ne pas être insensible à cette situation. "Je veux être bien clair, actuellement on n'ouvre pas plus les sports parce que la santé publique pense que ce n'est pas le temps de les ouvrir plus", a-t-il déclaré.

Le premier ministre s'est dit confiant que cela affecte tout particulièrement la santé mentale, mais qu'il ne fallait pas être "contre la science" non plus. Un plan de déconfinement de ce secteur sera annoncé ce vendredi par la ministre déléguée à l'Éducation, aux Loisirs et aux Sports, Isabelle Charest.

Cela fait bientôt un an

"J'ai été tellement impressionné de voir comment les Québécois ont suivi les consignes. [Ils] ont été solidaires et c'est un geste d'unité nationale dont je vais me rappeler toute ma vie", a témoigné M. Legault.

Même s'il a remis la semaine de relâche 2020 sous les feux de la rampe pour expliquer le dur bilan de 10 493 morts à ce jour pour la province, il reconnaît les lacunes de la dernière année. "On aurait pu faire mieux, entre autres dans les CHSLD", ajoute M. Legault.

Après tout avoir fait pour garder les établissements d'enseignement ouverts, le premier ministre n'a pas manqué de critiquer les parents contre le port du masque qui est maintenant obligatoire au primaire. "Je trouve cela tellement triste qu'on prive des enfants d'aller à l'école parce qu'il y a des parents qui ne sont pas d'accord avec la mesure de la santé publique", dénonce-t-il.

M. Legault souligne qu'"il ne faut pas baisser les bras à quelques semaines de la fin" même si ce n'est toujours pas terminé. Québec enregistrait mardi 650 nouvelles infections, 12 décès en plus et 14 hospitalisations en moins.