Le confinement pousse-t-il les gens à consommer davantage d'alcool? Pas si l'on en croit les résultats d'un sondage CROP récemment mené pour Éduc'alcool.

L'étude menée les 4 et 5 avril révèle qu'en effet 82% des Québécois n'ont pas augmenté leur consommation d'alcool au cours du dernier mois. Selon le sondage, 14% ont réduit la quantité consommée, alors que 18% ont dit boire davantage.

« Bien que les premières données venues d'Europe, d'Australie et des États-Unis laissaient présager, voire craindre, que le confinement conduirait à une augmentation spectaculaire de la consommation d'alcool, les Québécois se montrent généralement sages, prudents et disciplinés, même s'ils ne renoncent pas à prendre un verre pour le plaisir », a indiqué le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, par communiqué.

Les Québécois qui ont réduit leurs habitudes de consommation expliquent leur changement d'habitude par le fait qu'ils sont généralement plus enclins à boire dans les bars et les restaurants, ou avec leurs proches.

Certains d'entre eux ont aussi évoqué leur crainte ou leur incapacité de faire leurs achats dans les magasins. D'autres se justifient par la diminution de l'envie de boire et par une volonté de réduire leurs dépenses.

Ceux qui ont vu leur consommation d'alcool grimper ont, entre autres, affirmé qu'ils ont plus de temps pour prendre un verre, qu'ils s'ennuient ou que cela leur permet de réduire leur stress.

Les plus affectés psychologiquement par la crise, les plus fortunés et les jeunes de moins de 35 ans ont vu quant à eux leur consommation grimper.

Les succursales de la SAQ sont encore ouvertes, désignées service essentiel par le gouvernement Legault
Les succursales de la SAQ sont encore ouvertes, désignées service essentiel par le gouvernement Legault (Crédit photo : Béatrice Guimont)