La vice-première ministre et ministre des Finances du Canada, Chrystia Freeland, a annoncé mardi que les libéraux publieront leur budget pour l'année 2021 le 19 avril prochain.

Les conservateurs doutent encore du masque. Nous faisons confiance à la science« - J. Trudeau

"Le Canada est entré dans la pandémie avec une situation fiscale assez bonne, ce qui nous a permis d'apporter une aide financière à tous ceux qui en ont fait la demande", répond Mme Freeland aux critiques des conservateurs sur la gestion des fonds publics du gouvernement libéral. "Est-ce que le gouvernement peut expliquer quelles feuilles de thé ou boules de cristal il consulte pour prendre ses décisions", accusait le député conservateur d'Edmonton Centre, James Cumming.

Le budget 2019-2020 se terminait au printemps de l'an dernier, et le gouvernement fédéral a dépensé plus de 10,5 milliards de dollars que ce qu'il avait initialement anticipé, cumulant à un peu plus de 310 milliards $. L'équipe de Justin Trudeau avait prévu des dépenses budgétaires de 305 milliards $ pour 2020-2021, mais la pandémie a chamboulé les prévisions canadiennes. Il n'y a donc pas eu de respect du budget pour l'année 2020. La dernière mise à jour économique du gouvernement en décembre 2020 rapportait un déficit estimé à 381,6 milliards $. Le budget 2021 sera donc le premier budget complet proposé depuis 2019.

Critiques

Les conservateurs ont par ailleurs proposé une motion pour que les libéraux adoptent un plan de relance économique hier à la Chambre des communes. Erin O'Toole, chef de l'opposition officielle, estime que les entreprises canadiennes sont en mesure de savoir quand elles pourront recevoir des clients à nouveau. "Des dizaines de milliers de petits commerces ne tiennent plus qu'à un fil. Le gouvernement doit leur donner une bouffée d'air frais", déplore-t-il.

Joël Godin, député de Portneuf-Jacques-Cartier, demande à ce que le gouvernement dépose ce plan de relance économique dans les 20 prochains jours, un plan basé sur des données efficaces et sécuritaires dans la levée des mesures de restriction sanitaires. "Monsieur le premier ministre est en poste depuis 6 ans. Le président américain n'est là que depuis deux mois et il a déjà proposé un plan, même chose pour la Grande-Bretagne, la Corée du Sud, la France et l'Allemagne", conclut-il.

Les députés libéraux répondent que la réouverture publique ne peut survenir présentement avec la menace des variants. Par exemple, la France est frappée de plein fouet par une troisième vague de la pandémie avec près de 35 000 cas positifs quotidiennement, ses pires chiffres depuis novembre. Au Royaume-Uni et aux États-Unis, le taux de vaccination dans la population est largement supérieur à celui du Canada. "Le vaccin est efficace pour protéger contre le virus, c'est prouvé, mais on n'a pas de résultats s'il influence la transmission", ajoute la députée d'Orléans, Marie-France Lalonde.

Justin Trudeau ajoute que "les conservateurs ne comprennent pas qu'on ne peut pas avoir de plan de relance économique si on n'a pas de plan pour le développement durable". Ainsi, le Canada n'entend pas proposer de plan de relance économique avant le 19 avril.

Promesse

Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, se réjouit de l'investissement du fédéral pour implanter l'internet haute vitesse dans les régions québécoises d'ici l'automne 2022. "Maintenant, serait-ce possible de débloquer des fonds pour apporter l'aide décriée depuis des années dans le système de santé", questionne-t-il.

"Maintenant et pour les années à venir. [...] C'est une promesse", répond le premier ministre.