Metro garde le cap

Metro garde le cap
Brent Lewin (Archives Bloomberg)

Le groupe pharmaceutique et alimentaire montréalais Metro inc. a dévoilé des résultats financiers encourageants malgré les difficultés liées au ralentissement de la chaîne d’approvisionnement.

« C’est un excellent départ pour l’année 2022 », s’est félicité Éric La Flèche, président et chef de la direction de Metro alors qu’il présentait mardi le rapport trimestriel intermédiaire qui a pris fin le 18 décembre 2021.

Contrairement au chiffre d’affaires de concurrents directs du secteur comme Sobeys et Loblaw ou IGA qui sont en baisse de presque 2 %, celui de l’épicerie Metro a progressé de 0,91 % pour atteindre 4, 317 milliards milieu décembre. Le bénéfice net a quant à lui crû de 8,6 % en un an et est désormais estimé à 207,7 millions de dollars pour la même période. Cette évolution est légèrement supérieure aux attentes des analystes.

Lors de l’assemblée des actionnaires de la société mère de Metro, Jean Coutu et Super C mardi, M. La Flèche a rassuré les investisseurs sur la santé financière de son groupe. Selon lui, la perturbation des services alimentaires d’approvisionnement due à la pandémie n’a d’ailleurs pas eu trop d’impact à la vente de denrées alimentaires pendant la période des Fêtes.

L’approvisionnement légèrement touché

« Il ne manque pas d’aliments dans les magasins. Je pense que nos clients peuvent bien se nourrir et faire une commande complète, mais il manque de la variété, il y a des trous plus que la normale », a précisé M. La flèche en conférence de presse.

« Ce qu’on voit avec l’augmentation, c’est qu’elle s’est maintenue par rapport à l’année dernière. […] Elle était gonflée par la fermeture des restaurants », explique JoAnne Labrecque, professeure agrégée au département de marketing d’HEC Montréal.

Lors de la présentation de son rapport, le groupe Metro annonçait devoir être capable de rester stable financièrement à court terme.

Un avenir stable à prévoir

JoAnne Labrecque estime que les résultats financiers à venir dépendront du comportement des consommateurs, de l’évolution de la pandémie et de l’inflation. « Cette année, on anticipe une inflation quand même importante sur le plan alimentaire. Tout de suite, ça crée une augmentation des ventes parce que les prix augmentent, donc on devrait avoir une hausse des prix, et puis on verra au niveau des approvisionnements », explique-t-elle.

Le chiffre d’affaires de Jean Coutu, la division pharmaceutique de Metro, a quant à lui progressé de 7,7 %. Cette croissance se justifie notamment par la distribution de tests rapides de détection de la covid-19.

Le groupe Metro a par ailleurs fait savoir qu’il stopperait la distribution de sacs d’ici la fin 2022 et favorisera un recrutement de personnel inclusif et diversifié.