Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain, Mitch McConnell, a reconnu mardi la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle face à Donald Trump, au lendemain de la confirmation des résultats par le collège électoral. M. McConnell, d'un indéfectible dévouement pour M. Trump durant son mandat, est le dirigeant républicain le plus haut placé à entériner la défaite du président sortant, qui continue de dénoncer sans preuve des fraudes massives.

Après le scrutin du 3 novembre, il avait soutenu M. Trump, estimant qu'il était "à 100% en droit d'examiner les allégations d'irrégularités et de considérer ses options légales", tout en évitant de reprendre à son compte les accusations de fraudes électorales. Il a cependant cédé, à la suite au vote du collège électoral lundi.

"Le collège électoral a parlé, donc je voudrais aujourd'hui féliciter le président élu Joe Biden", a-t-il dit à l'ouverture des débats au Sénat. "Nous étions nombreux à espérer que l'élection présidentielle donnerait lieu à un résultat différent, mais notre système de gouvernement a des procédures pour déterminer qui sera investi le 20 janvier", a expliqué le chef de la majorité sénatoriale.

"Au-delà de nos différences, tous les Américains peuvent être fiers que notre nation ait une femme vice-présidente élue pour la toute première fois", s'est réjoui M. McConnell.

Du mouvement chez le Parti républicain

Un représentant a sauté d'un bateau en perdition visiblement. Paul Mitchell a annoncé lundi qu'il quittait le Parti républicain. Dans sa lettre de démission, M. Mitchell énonce les tentatives du Parti républicain et de ses collègues de faire annuler les résultats des élections afin de garder le président Donald Trump au pouvoir, comme la raison principale de son départ. M. Mitchell a ainsi annoncé qu'il deviendrait indépendant.