Depuis l'annonce des nouvelles mesures sanitaires qui rendent le port du masque obligatoire lors de la pratique d'activités sportives extérieures, bouger en groupe est devenu plus difficile, et il faut maintenant trouver de nouvelles façons de rester en forme.

C'est sûr qu'avec la belle température, les sportifs sont anxieux.« - Raymond Rodrigue

Les Montréalais ont démontré leur engouement pour les activités en plein air durant l'été 2020. Si la tendance se maintient, l'été 2021 ne devrait pas être très différent. L'Atelier vous présente un portrait d'activités sportives que vous pourrez pratiquer à l'extérieur dès l'arrivée du beau temps.

Spikeball

Le spikeball a été créé en 2008, mais c'est dans les dernières années que le sport a gagné en popularité. C'est d'ailleurs en 2018 que Méderice Louissaint a commencé à s'exercer à cette discipline, qu'un de ses amis lui avait présentée.

Pour lui, il s'agit d'un sport parfait pour les gens qui souhaitent s'amuser durant l'été.

"Tu n'as pas besoin d'avoir d'installations pour jouer, on peut emporter [l'équipement] n'importe où. Ce n'est pas très difficile d'y jouer, puisque ça ne nécessite pas d'aptitudes sportives élevées pour pouvoir s'amuser", explique l'amateur du sport alternatif.

Selon M. Louissaint, le spikeball est "un cousin du volley-ball". Le sport se pratique à l'aide d'un trampoline et d'une petite balle. Pour y jouer, il faut commencer par servir la balle en la faisant rebondir sur le trampoline. Ensuite, chaque équipe peut se passer la balle jusqu'à trois fois avant de la faire rebondir. On accumule des points lorsque l'équipe adverse n'arrive pas à faire rebondir la balle sur le trampoline. Lorsque les parties sont terminées, le matériel est démontable et se range dans un petit sac.

Lorsqu'il est pratiqué de façon récréative, le spikeball ne demande pas autant d'énergie qu'un sport comme le basketball, ce qui le rend propice au port du masque.

Quilles finlandaises

Samuel Dobchies, un jeune adulte adepte de l'activité, se dit content de voir que ce jeu gagne en popularité à travers le monde. Selon lui, il s'agit d'un très bon sport à pratiquer durant la pandémie.

Aussi appelée Mölkky, cette activité est originaire de la Finlande. La fédération française du Mölkky explique que le principe du jeu est de "faire tomber des quilles en bois à l'aide d'un lanceur. Les quilles sont marquées de 1 à 12. La première équipe arrivant à totaliser exactement 50 points gagne la partie ». Ce sont les règles qui sont utilisées à travers le monde, sauf en Angleterre et en Suisse.

En expliquant les points positifs du sport, M. Dobchies a expliqué qu'"aucun contact entre les joueurs n'est nécessaire". Le port du masque ne devrait donc pas être un problème pour ce jeu. Les quilles finlandaises demeurent une activité assurément "très décontractée et amusante".

Balle molle

Finalement, la balle molle, le plus connu des trois jeux présentés, est plus difficile à pratiquer en temps de pandémie pour certains. Ce sport, s'apparentant au baseball, est très populaire dans la ville de Montréal. Selon Raymond Rodrigue, fondateur et responsable de la Ligue de Balle Molle Voyageurs, une partie des équipes qui se sont inscrites cette année sera réticente à l'idée de jouer cette saison à cause des nouvelles mesures.

Par contre, depuis le début de la pandémie, la ligue n'a pas vu de diminution parmi ses inscriptions. Pour les trois dernières saisons, soit celles de 2019, de 2020 et de 2021, 136 équipes se sont inscrites. Malgré cet engouement, seulement soixante équipes ont pu jouer lors de la saison de 2020, mais en commençant un mois plus tard qu'à l'habitude.

Ce que M. Rodrigue observe et réitère, c'est que les gens ont envie de jouer à la balle molle cet été : "C'est sûr et certain qu'avec la belle température qu'il y a eu [très récemment], les sportifs sont vraiment anxieux".

L'intérêt des équipes ne sera peut-être pas suffisant pour assurer que la saison ait lieu cette année. Comme l'a expliqué M. Rodrigue, la ligue est toujours en attente d'un retour positif du gouvernement et des associations de balle molle : "on n'a aucune réponse de la Ville de Montréal ou de Softball Québec"  pour savoir si la saison pourra se dérouler normalement. Elle devrait débuter à la première semaine de mai.