Les inondations des derniers jours au Vietnam ont submergé des milliers d'habitations dans les provinces centrales de Quang Tri et Quang Nam, causant la mort d'au moins 28 personnes et l'évacuation de près de 46 000 habitants.

La saison des pluies est particulièrement difficile cette année pour le pays d'Asie du Sud-Est. " Jusqu'à maintenant, la solution au Vietnam ç'a été de bâtir plus d'infrastructure; plus de digues et plus de canaux pour évacuer l'eau, mais ces solutions techniques là commencent à atteindre leur limite, " explique la professeur au département de géographie de l'Université Laval, Danièle Bélanger.

Elle précise que le Vietnam est l'un des pays avec le plus d'expérience avec les inondations, notamment dû aux fleuves imprévisibles et aux types de sols. " Les deux plus grandes villes du pays sont situées dans des deltas, " indique Mme Bélanger. " Ils ont toujours vécu et gérer avec ça, d'ailleurs c'est ces circonstances-là qui leur permettent de faire de l'agriculture rizicole, de faire pousser du riz dans l'eau, et ils ont des mécanismes en place pour faire face aux inondations depuis toujours, " ajoute-t-elle.

Toutefois, la professeur de l'Université Laval soutient que les dernières inondations mettent à l'épreuve le système en place pour faire face aux inondations. " Il y a deux choses qui ont changé : d'un, les tempêtes et les inondations sont plus fortes qu'avant et il y en a plus. Avec les changements climatiques, c'est plus imprévisible et les quantités d'eau qui tombent sont plus importantes. Ensuite, la côte s'est beaucoup urbanisée, et en s'urbanisant ça change la façon de gérer l'eau, " explique-t-elle.

Systèmes en place

Enseignant au département de géographie de l'Université du Québec à Montréal et spécialiste de l'Asie du Sud-Est, Yann Roche soutient que les autorités du Vietnam s'affichent comme étant en contrôle de la situation. " Les autorités sont quand même structurées et assez organisées, surtout que c'est quelque chose qui arrive régulièrement sur la région, notamment le centre qui est très souvent touché," explique-t-il. " Même s'ils sont habitués de gérer des inondations, notamment dans les deltas, avec la situation de la COVID-19, ça va les avoir marqués particulièrement cette fois-ci, " souligne l'enseignant.

Pour prévenir les différents problèmes liés aux typhons et aux tempêtes, plusieurs systèmes ont été mis en place au Vietnam. " Ils ont notamment une agence gouvernementale qui a la responsabilité d'un système d'alerte, donc ils font évidemment des analyses météorologiques quand ils suspectent une inondation ou une tempête majeure et ils vont faire des alertes pour avertir la population de se préparer, " dénote Danièle Bélanger.

La professeure ajoute qu'à plus petite échelle, des actions sont aussi entreprises dans les communautés afin d'atténuer les effets négatifs des catastrophes naturelles. " Les communautés locales font souvent des petits fonds d'assurance entre eux, donc les gens vont faire une sorte de petite caisse d'assurance qu'ils font complètement par eux-mêmes, et les gens qui vont avoir été le plus impacté par les inondations vont recevoir une partie des fonds de la communauté pour les aider à se remettre sur pieds, " témoigne-t-elle.

Les infrastructures sont aussi pensées en conséquence. " Les constructions sont pensées en fonction de leur capacité à soit être très facilement reconstruites si elles sont endommagées par l'eau, sinon à résister aux inondations, " précise Mme Bélanger.

Les autorités ont tenu à aviser que davantage d'inondations et de glissements de terrain étaient à prévoir dans les prochains jours. " Il y a encore d'importantes menaces de nouvelles perturbations, " conclut Yann Roche.