La pandémie du nouveau coronavirus a accéléré le virage numérique des commerces partout dans le monde, et le Québec n’y échappe pas.

Alors qu’Amazon est toujours en service au Québec, Le Panier bleu aide les commerçants québécois grâce à sa plateforme numérique où des acheteurs potentiels peuvent trouver leur entreprise habituelle. Par contre, les commerçants doivent s’inscrire et... avoir un site Web. Détail important, puisque ce n’est pas tout le monde qui en possède un.

La conférencière et consultante en image Rhodie Lamour a été grandement affectée par la crise de la COVID-19 puisqu’elle faisait des réunions en groupe, des conférences et des ateliers en personne. Elle a donc perdu son moyen de faire du réseautage actif et de vendre des bijoux. Elle trouve la situation difficile en raison de la diminution de ses ventes et du fait que ses clients étaient attachés à elle. L’arrivée de la plateforme Le Panier bleu est vue comme une solution. Elle voit son inscription d’un œil positif et encourageant.

Emmanuel Robin, propriétaire du Café MRKT situé sur le Plateau-Mont-Royal, a vu un très grand changement avec la crise, étant donné que son café n’avait pas de site Web jusqu’à tout récemment. Fermé depuis un mois, M. Robin révèle que 90% de son chiffre d’affaires s’est envolé depuis.

Côté positif

Malgré la crise, il arrive à être optimiste.« J’ai remarqué un peu plus de trafic sur notre site Web quand même », affirme M. Robin, inscrit sur Le Panier bleu depuis sa deuxième semaine d’existence. Son total de visite depuis? Près de 300 visites de plus.

Les entreprises québécoises ont toutes leurs problématiques. Mais comme l’a dit M. Fitzgibbon, « j’ai la conviction qu’ensemble on va réussir à passer au travers ».

Jusqu'à tout récemment, certains commerçants n'avaient pas de site Web.
Jusqu'à tout récemment, certains commerçants n'avaient pas de site Web. (Crédit photo : Kathy Giroux)