“Nos anges-gardiens” : c'est le terme utilisé à tour de bras par François Legault pour qualifier les employés du réseau de la santé au Québec. La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) demande à ce que les bottines du gouvernement suivent les babines et qu'il pose un geste de reconnaissance envers le travail acharné des employés d'un système à bout de souffle.

Marie-Pier Archambault vient de terminer ses études collégiales en technique de soins infirmiers. Après avoir réussi avec brio son examen de l'Ordre des infirmières, on l'informe qu'elle doit payer des frais de permis si elle veut pratiquer le métier de ses rêves. “Je dois payer pour pouvoir travailler”, dit-elle indignée.

“J'ai des amies qui travaillent pour des agences privées en soins, et leur employeur rembourse les frais de permis. Beaucoup de filles s'en vont du secteur public pour des petits détails comme ça”, ajoute Marie-Pier.

Le CSQ-FSQ demande donc que le gouvernement rembourse aux travailleurs de ces domaines les montants de cotisations à leur ordre professionnel pour l'année 2021-2022.

Appui dans la population

Une pétition pour le remboursement des frais de permis circule et cumule dorénavant plus de 100 000 signatures. Pourtant, le CSQ-FSQ ne représente que 5000 membres du réseau de la santé québécois. “Il n'y a pas que des infirmières qui ont signé la pétition. On constate que la population reconnaît tout ce qui s'est passé depuis plusieurs années en santé, mais surtout cette année, et elle se range de notre côté”, indique Claire Montour, la présidente de la CSQ-FSQ.

“S'il a suffi de quelques heures au premier ministre pour répondre à la demande d'aide financière d'un propriétaire de salles de cinéma qui se voit imposer une interdiction de vendre du pop-corn, j'ose croire qu'il entendra les voix des 110 000 infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes qui s'élèvent”, ajoute Sonia Éthier, présidente de la CSQ.

Justine Ayotte est membre de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec mais perfectionne ses études de soins infirmiers à l'université. Elle ne travaille qu'un quart par semaine. “500$ c'est pratiquement ce que je fais en 1 mois. C'est pas beaucoup, mais mon auto vient de planter, et ça serait un beau cadeau de ravoir le 500$ après avoir risqué ma santé pendant 1 an pendant que des gens vivaient de la PCU”, conclut-elle. Justine a contracté la Covid-19 au CHSLD de Sainte-Dorothée le printemps dernier, elle qui est normalement à l'urgence à la Cité de la Santé de Laval.

Emboîter le pas

La demande de remboursement des frais de permis de la CSQ-FSQ arrive trois semaines après celle de la Fédération des infirmières du Québec (FIQ). La FIQ représente près de 76 000 infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques partout au Québec.

La demande de la FIQ survient alors que celle-ci est en période de négociation avec le gouvernement du Québec au sujet des matières intersectorielles de la convention collective de ses membres, c'est-à-dire le salaire, la retraite et les droits parentaux. Une entente de principe sur les matières sectorielles est déjà conclue entre les deux partis depuis décembre dernier. Elle comprend notamment de meilleurs ratios de patients par infirmière en CHSLD et une diminution du temps supplémentaire obligatoire.

Journée internationale des femmes

La CSQ-FSQ tenait à sortir publiquement le 9 mars, un jour après la journée internationale de la femme, pour rendre hommage à un milieu 80% féminin. Selon des données du Devoir, 90% des infirmières et des infirmières auxiliaires, ainsi que 80% des préposés aux bénéficiaires sont des femmes. “Ces femmes ont porté le réseau à bout de bras et ont été davantage écorchées par la pandémie”, affirme Sonia Éthier.

Les infirmiers et infirmières du Québec ont jusqu'à lundi prochain pour assumer les 470,26$ qui leur permettront de travailler en 2021-2022.

Encadré :

Montants des cotisations annuelles en 2020-2021:

-Ordre des infirmières et infirmiers (OIIQ) : 470,26$

-Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires (OIIAQ) : 252,37$

-Ordre professionnel des inhalothérapeutes (OPIQ) : 532,00$