L'Amérique du Nord a été le théâtre de plusieurs pandémies lors des siècles précédents, chacune bouleversant profondément la vie quotidienne des gens. Dans ces périodes souvent tragiques de l'histoire humaine, il est possible de relever moult similarités et de constater l'évolution de notre réponse aux crises sanitaires.

Le choléra

Faisant son apparition au 19e siècle, la pandémie de choléra est sans doute la plus marquante de son époque. Se répandant grâce à l'avènement du commerce par bateau, le choléra a d'abord durement frappé l'Europe avant de gagner l'Amérique du Nord. L'historien et spécialiste des épidémies Denis Goulet affirme que, déjà à l'époque, les autorités sanitaires ont pris des mesures pour endiguer la maladie. L'élément permettant d'expliquer l'ampleur de cette pandémie est assurément le manque de connaissance médicale de l'époque.

En 1830, la croyance populaire veut que la maladie se répande par les airs et on pense qu'il suffit de purifier l'air vicié par le feu ou le mouvement. Les mesures de quarantaine mises en place pour freiner les bateaux contaminés fonctionnaient par ailleurs bien mal. Il était facile pour les marchands de feindre la purification en allumant un feu. Denis Goulet souligne que ce manque de connaissance différencie le choléra de la COVID-19. Il est possible maintenant de clairement diagnostiquer le virus, mais à l'époque, il était improbable d'être sûr d'avoir contracté la maladie avant qu'il ne soit trop tard.

Le choléra marqua en ce sens une période forte en apprentissages pour les scientifiques. Il en résulta un raffinement de l'épidémiologie et de la vaccination, toute récente.

La grippe espagnole

Le virus le plus ravageur du 20e siècle surprend l'entièreté de l'Occident tandis que se terminent les événements traumatiques de la Première Guerre mondiale. Les militaires regagnent leur pays d'origine et la grippe se répand massivement: elle surprend tant par sa virulence que par son taux de mortalité élevé.

«Même à l'époque, ils ont eu recours au confinement et il s'agissait de mesures semblables à celles d'aujourd'hui», explique l'urgentologue Alain Vadeboncœur.

Il existe néanmoins une différence majeure avec la situation actuelle. Tandis que la COVID-19 entraîne davantage de complications chez les aînés, la grippe espagnole s'attaquait surtout aux jeunes. Les personnes les plus touchées avaient entre 20 et 35 ans. Au total, cette grippe a fait plus de 50 millions de morts à travers le monde, soit cinq fois plus que le conflit qui l'a précédée de quelques mois.

Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies utilisait autrefois des avis pour annoncer la quarantaine aux États-Unis.
Le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies utilisait autrefois des avis pour annoncer la quarantaine aux États-Unis. (Crédit photo : Center for Disease Control (CDC))