Les commerces non essentiels seront fermés du 25 décembre au 11 janvier et le télétravail deviendra obligatoire dès jeudi dans les bureaux, a annoncé le premier ministre François Legault, mardi en conférence de presse.

Nos détaillants ne pourront pas étirer l'élastique trop longtemps - Stéphane Drouin

Si le confinement annoncé ressemble beaucoup à celui vécu au printemps dernier, le gouvernement a apporté des modifications pour le rendre plus supportable, un "risque calculé" selon le Dr Arruda. Ainsi, les personnes seules auront la possibilité de se rendre aussi souvent que désiré au sein d'une seule et même "bulle familiale".

De plus, des rassemblements extérieurs de huit personnes seront autorisés tant que ceux-ci ne sont pas statiques et respecteront la règle de distanciation de deux mètres. Une règle, directement inspirée du confinement allemand, qui rendra finalement possibles les activités au parc, sur une patinoire, une piste de ski ou au Jardin botanique de Montréal.

Les zones jaunes passeront automatiquement en orange, et les zones orange en rouge pour l'entièreté de la période de confinement.

Interdiction de vendre des biens non essentiels

"Il va être interdit pour les grandes surfaces de vendre des biens qui ne sont pas essentiels. Cela va permettre une équité avec les petits commerces québécois", a confirmé François Legault. Selon lui, cette mesure, également mise en place en France quelques semaines cet automne, devrait répondre au mécontentement des petits commerçants. Au printemps, lors du premier confinement, nombre d'entre eux avaient dénoncé le fait que des chaînes comme Walmart et Costco pouvaient continuer à vendre l'intégralité de leurs produits, alors qu'eux devaient fermer.

"C'est une nuance très importante pour plusieurs de nos détaillants", a commenté Stéphane Drouin, directeur général du Conseil québécois du commerce de détail (CQCD).

Si la liste des produits considérés comme essentiels n'a pas encore été transmise, le ministre de la Santé et des Services sociaux a indiqué que ces produits devaient servir à l'alimentation, l'hygiène, la sécurité, la santé ou encore la réparation.

Inquiétudes

Le CQCD a soutenu la décision du gouvernement de fermer les commerces. "Malgré le fait qu'une annonce de fermeture ne soit jamais une bonne nouvelle, le CQCD est satisfait de voir que les commerçants pourront faire des affaires jusqu'à Noël et capitaliser sur ces ventes importantes de fin d'année", a déclaré Stéphane Drouin par voie de communiqué.

Néanmoins, la déception est présente chez les commerçants en raison des efforts déjà fournis. "Les jours suivants Noël, dont le Boxing Day, sont une période cruciale pour les commerçants québécois. Ceux-ci ont fait d'énormes efforts et investissent des sommes importantes, malgré une baisse de leurs revenus, pour assurer le respect des normes sanitaires", a fait remarquer Charles Milliard, président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec.

"C'est une période financière importante pour le secteur, et le délai de deux semaines d'arrêt peut se faire relativement bien, explique M. Drouin. Nos détaillants ne pourront pas étirer l'élastique trop longtemps et ils devront renflouer leurs coffres en janvier pour éviter de multiples fermetures."

Le premier ministre s'est montré rassurant à ce sujet, indiquant que les aides financières allaient continuer. "Les aides prévues pour le loyer continueront", a indiqué François Legault. Le premier ministre a également indiqué que le fédéral prendrait à sa charge les frais pour la première semaine et que des négociations étaient en cours pour la seconde.

Fermeture des écoles

Les écoles primaires et secondaires seront elles aussi fermées jusqu'au 11 janvier. L'enseignement à distance va toutefois reprendre le 4 janvier pour tous les établissements. Une mesure qui s'explique par le nombre important de classes fermées quotidiennement en raison d'éclosions de COVID-19. Dans la seule journée de mardi, 181 classes ont dû être fermées pour un total de 1503 classes, ce qui représente près de 4,5 % des élèves québécois.

"Notre objectif est vraiment de rouvrir les écoles le 11 janvier, a martelé le premier ministre Legault. Je l'ai souvent dit, la dernière chose qu'on veut fermer, ce sont les écoles. Les enfants qui écoutent, vous allez être à l'école le 11 janvier."

Les services de garde seront, quant à eux, ouverts pour les travailleurs essentiels, mais la liste n'a pas encore été publiée.

"Lumière au bout du tunnel"

"On voit la lumière au bout du tunnel", a affirmé le premier ministre. "Même si les chiffres sont élevés, on voit qu'on s'en sort mieux, sur tous les indicateurs, que les autres pays du monde". Le début de la campagne de vaccination couplé à ce confinement permettra "d'arriver en 2021 avec des hôpitaux moins encombrés", croit M. Legault. Mardi, 900 personnes ont été vaccinées. Ce chiffre était de 300 lundi - une hausse dont s'est félicité M. Dubé.