Alors que Legault n'exclut pas de remettre la province sur pause, l'opposition, sans être fermée à un potentiel reconfinement, a invité le gouvernement Legault à commencer par mettre en place plus de mesures afin de ralentir la deuxième vague du virus.

Le gouvernement doit mettre en place des moyens pour freiner la propagation du virus« D. Anglade

Le premier ministre a affirmé que le Québec est l'endroit "le plus sévère" quant aux mesures sanitaires, ayant fermé "les restaurants, les gyms, les théâtres" et interdit les rassemblements de Noël. M. Legault a dit "essayer de trouver un équilibre entre santé physique et mentale", et qu'étant dans le pic de cette deuxième vague, un second confinement demeure envisageable.

Même si M. Legault invite la population à faire du télétravail, Dominique Anglade, cheffe du PLQ, désire que M. Legault impose plus de mesures avant d'imposer un confinement, le Québec ayant récemment passé le cap des 2000 cas par jour. Hier, Mme Anglade a demandé la mise en place de "moyens supplémentaires pour freiner la propagation du virus".  Elle demande de faciliter l'accès aux tests rapides partout au Québec et d'installer de meilleurs systèmes de ventilation dans les écoles. Elle a affirmé "qu'il faut prendre des solutions concrètes, et qu'il est possible que le confinement en soit une".

L'importance du plein air pour la santé mentale

Québec Solidaire estime que la CAQ n'en fait présentement pas assez. Afin de prévenir la dégradation de la santé mentale des Québécois, s'il y a un deuxième confinement, le député Gabriel Nadeau-Dubois demande au gouvernement d'accorder 50 millions de dollars aux municipalités pour aménager des espaces extérieurs en plus de permettre l'accès gratuit aux parcs nationaux.

Isabelle Doré, professeure à l'Université de Montréal spécialisée dans les questions de sport et santé mentale, croit qu'il serait bien de "maximiser l'utilisation de nos grands espaces extérieurs". Même en respectant la distanciation physique, "le simple fait de voir d'autres personnes, de pouvoir échanger à travers l'activité physique, c'est une forme d'interaction [...] et de soutien social".