La Russie multipliait mardi les manœuvres militaires en mer Noire, région où Washington a dénoncé une "escalade" sur fond de tensions exacerbées avec l'Ukraine voisine.

Les troupes déployées par la Russie inquiètent l'Ukraine, qui espère néanmoins des progrès dans les négociations

Plus de 20 navires de guerre russes ont ainsi participé à des exercices communs avec l'aviation et la défense antiaérienne, selon un communiqué du ministère de la Défense. Plus de 50 avions ont également été transférés en Crimée, péninsule annexée en 2014 par Moscou.

Le même jour, la flotte russe de la mer Noire a mené des manœuvres impliquant un détachement de lutte contre le sabotage qui comprenait des "missions d'entraînement au combat sous l'eau", a indiqué l'armée dans un autre communiqué.

Washington s'en mêle

Ces exercices interviennent alors que la Russie a annoncé, la semaine dernière, limiter à partir de la fin du mois d'avril, et ce, pendant six mois, la navigation de navires militaires et officiels étrangers dans trois zones au large de la Crimée, en mer Noire.

Cette mesure a été dénoncée comme une "escalade" par Washington et comme "une évolution hautement préoccupante" par l'Union européenne. L'OTAN a également exprimé son "inquiétude" et exigé que la Russie garantisse "le libre accès" aux ports ukrainiens.

Possible trêve

L'Ukraine a fait état mardi de progrès dans les négociations en vue d'une reprise de la trêve avec les séparatistes prorusses dans l'est, où les heurts se multiplient sur fond de tensions avec Moscou.

"Il y a des progrès significatifs" sur le dossier du cessez-le-feu, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la délégation ukrainienne, Oleksiy Arestovytch, ajoutant que les pourparlers se poursuivent.

Pourparlers avec l'Allemagne et la France

La réunion "d'urgence" de mardi, qui réunit des représentants ukrainiens et russes sous médiation de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, succède aux pourparlers en ligne tenus la veille entre des conseillers des dirigeants ukrainien, russe, allemand et français.

Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, avait dit espérer que ces négociations permettent une reprise de la trêve, à l'issue d'un sommet, vendredi, avec son homologue français, Emmanuel Macron, et la chancelière allemande, Angela Merkel.

La guerre dans l'est de l'Ukraine a fait plus de 13 000 morts depuis son déclenchement en 2014, qui a succédé à l'annexion de la Crimée par Moscou.

Avec l'Agence France-Presse