Ce n’est pas les défis qu’entraine la pandémie qui arrêteront les traditions ; La Petite Station, boutique éphémère des Fêtes, présentée par l’entreprise Station Service, est rétablie pour une troisième année d’affilée et a ouvert ses portes ce lundi 9 novembre.

Les derniers préparatifs toujours en cours, la propriétaire de la boutique Station Service accueillait les clients, balais à la main. La Petite Station a été aménagée temporairement pour l’approche des fêtes. Elle est située non loin de la boutique principale, au Plateau Mont-Royal, tout près du Mile-End.

Une multitude de produits de différentes variétés sont offerts. « On a des bijoux, des vêtements, des vêtements pour enfants, des affiches [etc.] », énumère dynamiquement, Victoria Garneau, la coordonnatrice de la boutique pop-up de cette année. Elle explique que l’objectif du comptoir est de présenter des produits de créateurs locaux qui ne sont pas en vente chez Station Service d’ordinaire. « C’est aussi d’ouvrir les horizons [quant aux propositions] », ajoute Raphaelle Bonin, fondatrice et propriétaire de Station Service. Dans se sens, elle rappelle que, l’an dernier, une marque de vêtements pour les femmes enceintes était disponible sur leur plancher. Cela leur permet aussi de rejoindre une clientèle plus variée.

« Une des grosses différences, c’est qu’il a aussi le volet web cette année, donc les gens peuvent commander en ligne pour envoyer des cadeaux à leur famille. Ils peuvent se déplacer ou pas. »

Raphaelle Bonin, fondatrice et propriétaire de Station Service.

Pour cette « édition Covid », des changements nécessaires se sont imposés. En complément au port du masque obligatoire et au lavage des mains, l’équipe a décidé de favoriser la distanciation en optant pour un studio plus spacieux cette année. « On a choisi un espace plus grand pour qu’on puisse être plus de monde à distance. Les autres années c’était des toutes petites boutiques, cette année on s’est dit [qu’on voulait] quelque chose de plus aéré, plus vaste », explique, Raphaelle Bonin.

Victoria Garneau, coordonnatrice de La Petite Station

En prévision du magasinage des Fêtes qui sera plutôt atypique cette année, la compagnie a cherché à s’adapter. La Petite Station a développé son site de transaction en ligne. « Une des grosses différences, c’est qu’il a aussi le volet web cette année, donc les gens peuvent commander en ligne pour envoyer des cadeaux à leur famille. [Alors,] ils peuvent se déplacer ou pas. », explique la propriétaire. Selon les données recueillies par Sondage Léger pour le compte du Conseil canadien du commerce, les Québécois seront plus nombreux à compléter leurs achats des Fêtes en ligne. Depuis l’an passé, le pourcentage de Québécois qui prévoit d’opter pour le magasinage en ligne pour l’occasion a augmenté de 14% pour atteindre un total de 42% des consommateurs.

Une autre nouveauté de cette année est le nombre de créateurs qui participent à la boutique. Plus nombreux qu’aux éditions précédentes, certains créateurs ont été approchés par l’équipe de La Petite Station alors que d’autres ont spontanément envoyé leur candidature pour prendre part à l’évènement. « À chaque année on achète des nouveaux créateurs [et on va] recevoir des nouveautés pendant le mois et même en décembre », annonce Raphaelle Bonin.

Une autre nouveauté de cette année est le nombre de créateurs qui participent à la boutique. Plus nombreux qu’aux éditions précédentes, certains créateurs ont été approchés par l’équipe de La Petite Station alors que d’autres ont spontanément envoyé leur candidature pour prendre part à l’évènement. « À chaque année on achète des nouveaux créateurs [et on va] recevoir des nouveautés pendant le mois et même en décembre », annonce Raphaelle Bonin.

De gauche à droite : Victoria Garneau (coordonnatrice de La Petite Station), Caroline Sobral Cabana (responsable des achats et coordonnatrice des communications), Raphaelle Bonin (propriétaire de Station Service)

En cette période où peu d’activités sont possibles de manière sécuritaire, Raphaelle voit du positif dans le magasinage : « Je pense aussi que les gens ont besoin de faire quelque chose, faire des activités alors c’est le fun d’en savoir un peu plus sur les produits. Les clients, justement, ça leur fait aussi une interaction sociale. »