Les restaurants du Québec qui essuient des pertes considérables en raison de l'actuelle crise sanitaire due à la pandémie de COVID-19 peuvent tout de même se réjouir de voir un achalandage constant grâce à la popularité du «prêt-à-emporter» et de la livraison des plats à domicile.

Les affaires à la baisse, mais stables

Évidemment, la crise actuelle est loin de faire le bonheur des propriétaires de restaurants, et surtout de leurs finances, qui continuent d'essuyer des pertes quasi astronomiques.

Comme l'explique Pietro Cacciatore, propriétaire de la chaîne de restauration Vulcano qui compte plusieurs restaurants notamment à Terrebonne, à Mascouche et à Repentigny, la fermeture des salles à manger est un aspect important de la présente situation.

«Dans une commande en salle, les à-côtés [desserts, boissons et autres] représentent 20 à 25% de plus de profit sur une seule facture. Donc oui, ça fait mal financièrement. Les choses sont à la baisse, mais stables», confirme le propriétaire.

À l'inverse, comme le démontre Francis Perron-Vallée, livreur chez cette même chaîne de restauration, la demande n'a pas diminué en ce qui concerne la livraison de plats, mais on constate une diversification de la clientèle.

«Le nombre de livraisons demeure constant. Il y a un grand achalandage, surtout depuis que beaucoup de gens ont reçu les 2000 $ [PCU] du gouvernement récemment. […] Il y a beaucoup de clients réguliers qui n'appellent plus, mais des nouveaux arrivent aussitôt, parce que les autres restaurants sont tous fermés», ajoute M. Perron Vallée.

Limiter la propagation

Outre l'aspect financier, M. Cacciatore se dit évidemment très préoccupé par cette crise.

«C'est inquiétant de voir les clients et les [livreurs] Uber qui arrivent à la pelle dans l'établissement et qui ne respectent pas les deux mètres de distance. Voyant ça, j'ai dû changer mes heures d'ouverture et je considère arrêter de prendre les commandes par Uber Eats, malgré le fait que ça peut faire mal financièrement», a-t-il dit.

De son côté, M. Perron-Vallée affirme que des précautions supplémentaires sont prises, plus spécifiquement chez les livreurs, puisque ce sont eux qui entrent en contact avec les clients. Les livreurs s'exposent en effet aux risques qu'impliquent les livraisons à domicile.

«On prend la machine dès que possible, on ne la donne pas au client et on utilise majoritairement le paiement par Paypass. Dès que je reviens dans le restaurant, je me lave les mains et je désinfecte ma machine», précise-t-il.

Les mesures sanitaires du gouvernement québécois sont prises au sérieux par ces restaurateurs.

Les clients demeurent toujours aussi friands de restauration rapide en cette période de crise sanitaire.
Les clients demeurent toujours aussi friands de restauration rapide en cette période de crise sanitaire. (Crédit photo : (C)Sam's Pizza)