Fini le temps des mises à pied chez Livraison Vélo Montréal (LVM). Avec l'annonce du "Service de livraison urbaine", l'entreprise de livraison de gros colis à vélo passe en mode embauche, elle qui prêtera main-forte aux entreprises de la métropole.

Cette mesure annoncée lundi par l'administration Plante permettra aux commerçants ne disposant pas de leur propre service de livraison de rejoindre les clients de leur quartier, cependant que les coursiers à vélo réintègrent le marché du travail.

"On a des épiciers, mais aussi une librairie, une boutique de jeux de société, une animalerie qui vend de la nourriture, et certains de ces commerces n'avaient tout simplement plus de revenus avant l'arrivée du service", raconte le directeur général de LVM, Joffrey Fuzet

Vertueuse livraison à vélo

Le service est écoresponsable de par sa nature, mais il est aussi très efficace, "plus efficace que la voiture pour les livraisons" selon Cédric Chaperon, le fondateur de l'entreprise La Roue Libre, qui fait également partie du projet.

Les rues de Montréal étant pratiquement désertes en raison des consignes de distanciation sociale, il est d'autant plus facile d'y circuler sur deux roues. Cet avantage est considérable pour les différentes entreprises partenaires : leur flotte comprend souvent des vélos dotés d'imposantes remorques pouvant tirer jusqu'à 400 livres de marchandise. Celles-ci n'étant pas toujours bienvenues dans les voies cyclables pourront profiter du trafic réduit.

Les commerçants qui souhaitent manifester leur intérêt pour le projet peuvent remplir le formulaire sur le site de la ville. Montréal mettra ensuite les commerçants en contact avec les Sociétés de développement commercial concernées.

Avec La Presse canadienne

Un vélo de livraison de La roue libre à Montréal
Un vélo de livraison de La roue libre à Montréal (Crédit photo : larouelibre.org)