La Banque centrale américaine a baissé son taux directeur d'un demi-point de pourcentage, mardi afin de contrer la crise financière créée par le COVID-19. Au Canada, la journée de lundi a été la meilleure séance en 14 mois du principal indice boursier du Canada, le Dow Jones, alors que les marchés nord-américains avaient fortement rebondi. Si certains pensent que leur portefeuille est en sécurité, d'autres sont d'avis de devoir le liquider. Il y a des arguments de chaque côté.

Pourquoi votre portefeuille êtes en sécurité :

Selon l'animateur du balado économique Traders360, Alexandre Demers, cette mesure est impressionnante : " Normalement quand ils font ça, c'est pour donner un boost à l'économie. Le taux [à 0,5] est assez radical en plus", dit-il "quand tu descends un taux directeur, donc que tu dilues le taux d'intérêt, ça va donner plus de facilité [à investir]".

Qu'est-ce que le Dow Jones?

Le Dow Jones est un indice boursier américain. Créé en 1896 par Charles Dow et Edward Jones, cet indice représente 30 des plus importantes entreprises américaines. Il est présent à la bourse de New York, Wall Street, et est le plus vieil indice boursier au monde. Jadis, il était très utilisé par les actuaires, mais aujourd'hui c'est plus un indice général.

La prudence du Canada dans le marché boursier peut s'avérer à être l'une de ses plus grandes forces économiques, surtout lors de crise. " Si tu compares la Banque du Canada avec celle des États-Unis, nous sommes beaucoup plus prudents du côté des récessions que nos voisins du sud, le meilleur exemple ce fut [la crise] 2008", lance M.Tousignant.

Selon l'expert économique et propriétaire de l'entreprise Le Fondateur, Mathieu Tousignant, cette crise peut être une opportunité pour investir : " J'ai transféré plusieurs fonds pour investir… la semaine dernière j'ai même acquis des actions chez Google et Apple puisque la valeur de la compagnie n'a pas changé… ce n'est que de la spéculation".

Pourquoi vous devriez vous inquiéter :

L'impact économique de l'épidémie du COVID-19 qui se répand dans le monde est désormais bien réel. La semaine précédente était l'une des plus mauvaises depuis la crise financière de 2008. Le problème de cette crise, selon M.Demers, est que : "lorsque c'est un produit, c'est plus facile à cerner, mais là c'est un virus la cause, ce qui rend cela très imprévisible".

Le fait que le gouvernement ne peut en faire plus est l'aspect pouvant inquiéter le plus les consommateurs d'après lui. " Les données économiques sont très bonnes, le taux de chômage, le taux de consommation, etc. [...] Cependant ce qui est moins bon, c'est le virus et surtout la peur qui vient avec ", explique-t-il.

"Ça fait 12 ans qu'il n'y a pas eu de crise économique et les gens ont peur puisque ça dépasse le cycle habituel de krach de 7 ans. Avec le mix avec le COVID-19, les gens concluent que c'est une crise ", conclut M. Tousignant.

Bref, ce n'est pas tout blanc ou tout noir. Selon M. Demers, il est difficile de prévoir la suite vu que cette crise est imprévisible. . De son côté, M. Tousignant, rappelle que tant que vos actions ne sont pas venduesvous n'avez pas perdu et que sur le long terme (entre 3 et 4 ans), les gens ne perdraient pas d'argent à moins d'une faillite.

Crédit photo : Investors.com
Crédit photo : Investors.com (Crédit photo : Justin Vézina)