Au moment d'aller sous presse, les résultats de l'élection sénatoriale américaine du 3 novembre ne semblent pas favorables aux Démocrates qui étaient pourtant confiants de pouvoir obtenir une majorité de sièges.

À 1H00 du matin, les républicains étaient en tête, par très peu, avec 46 sièges. Les démocrates en avaient 45 et il en restait neuf à attribuer.

« Il y a de fortes chances que les démocrates fassent un gain de sièges face aux républicains, mais on ne peut pas encore prédire s'il vont renverser le contrôle », annonce David Dubé, chercheur en résidence à l'Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand.

Des prédictions très serrées

Les Américains ne votaient pas seulement pour la présidence sur leur bulletin de vote, mais aussi pour le Sénat, pour le Congrès et, parfois, pour les Sénats et les Congrès locaux et pour certains référendums.

Dans le cycle électoral de 2020, c'est le tiers du Sénat qui est en jeu, soit 35 sièges dont 23 républicains et 12 démocrates. « Le Sénat fait partie du congrès fédéral américain. Ce sont eux, notamment, qui passent les lois avec la Chambre des représentants. Si le Sénat ne vote pas pour un projet de loi, celui-ci retourne à la Chambre et ne passe pas », explique David Dubé, expert de la politique étrangère des États-Unis.

Les démocrates devraient donc s'emparer de quatre nouveaux sièges s'ils veulent devenir majoritaires. Dans le cas où Joe Biden gagnerait la présidentielle, le chiffre s'abaisse à trois sièges, puisque sa vice-présidente Kamala Harris, pourrait trancher en situation d'égalité.

Des États clés

« Les démocrates vont miser sur le Maine et sur la Caroline du Nord, des états présentement détenus par des Républicains, mais où les démocrates sont quand même en bonne posture », disait David Dubé, la veille des élections. Au moment d'aller sous presse, la tendance penche plutôt vers les candidats républicains dans ces États clés. Potentiellement, le parti démocrate devra oublier les gains qu'il espérait faire de ce côté là.

Ils se sont aussi battus pour obtenir l'Iowa, État pour lequel les chiffres étaient trop serrés avant le 3 novembre pour établir des prédictions. De ce coté là aussi, cela s'annonce plutôt favorable à une réélection de la sénatrice républicaine Joni Ernst.

« Il y a de fortes chances que les démocrates fassent un gain de sièges face aux républicains, mais on ne peut pas encore prédire s'il vont renverser le contrôle », explique David Dubé.

Toutefois, le Démocrate John Hickenlooper a réussi à s'emparer d'un siège républicain au Colorado. Le Républicain Tommy Tuberville a, plus tard dans la soirée, récupéré un siège démocrate en Alabama, ce qui rend les gains à égalité pour chaque parti.

La Géorgie : un deuxième tour en janvier

En Géorgie, le démocrate Raphael Warnock et la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler se sont livré une rude bataille et mènent les résultats parmi la vingtaine de candidats. Un deuxième tour est donc prévu. C'est en janvier 2021 que ce duo s'affrontera de nouveau aux urnes. Cette élection spéciale pourrait potentiellement repousser à l'année prochaine le dénouement de cette élection sénatoriale.

Des résultats prévisibles dans les bastions des partis

Le chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell a été réélu pour un septième mandat dans l'état du Kentucky. La candidate démocrate Amy McGrath avait tenté de vaincre le sénateur lors de sa campagne, sans succès. Allié de Trump, McConnell a joué sur le manque d'expérience de son adversaire pour gagner en popularité.

Cynthia Lummis a remplacé le sénateur Mike Enzi, prenant sa retraite, au Wyoming. Ce siège reste donc entre les mains des républicains et laisse la place à une femme de plus dans le Sénat. C'est une victoire peu surprenante pour le parti qui était déjà à la tête dans les sondages.

D'ailleurs, comme prévu dans les prédictions, les républicains ont également gardé leurs sièges en Arkansas, en Idaho, en Louisiane, au Nebraska, en Oklahoma, en Dakota du Sud, au Tennessee et en Virginie-Occidentale.

De leur côté, les démocrates ont conservé leurs sièges au Delaware, en Illinois, au Massachusetts, au New Hampshire, au New Jersey, en Oregon, au Rhode Island et en Virginie. Ce sont aussi des résultats qui étaient très prévisibles d'après les prédictions.

Les autres résultats seront annoncés dans la prochaine semaine. Plusieurs dénouements sont possibles. Selon David Dubé, si les démocrates remportent la présidence, la Chambre et le Sénat, cela « permettrait à Joe Biden de faire passer ses projets de loi et ses plans plus ambitieux ». Si le Président élu n'est pas affilié au même parti que la majorité du Sénat, les prises de décision futures seront cependant un peu plus difficiles.