Le mardi 10 novembre a eu lieu une manifestation du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) afin de présenter leur nouvelle campagne, les loyers explosent, un contrôle s’impose! Cette campagne se base sur les résultats d’une étude publiée en juin 2020 par le RCLALQ « que le loyer moyen d’un 4 1/2 à louer au Québec est de 1032$ par mois. Pour un logement de 3 chambres et plus, il faut s’attendre à payer en moyenne 1300$. » Cette manifestation a utilisé le 40e anniversaire du Tribunal du logement (anciennement la Régie du logement) (TAL) pour présenter ses revendications.

Philippe Girouard et Caroline Magnier personnalisant respectivement le président du Tribunal administratif du logement Patrick Simard et la Ministre de l’habitation Andrée Laforest. C’est sous une pluie de huées, de coups de sifflet et des bruits des tambourins qu’ils ont été accueillis par les manifestants sur place. « Je me sens personnellement […] touché de voir que vous considérez encore et toujours qu’après 40 ans la régie a encore une fois démontré que c’est un modèle d’intégrité, que c’est l’institution qui équilibre le pouvoir entre propriétaire et locataire. On a encore confiance envers nos institutions! » a lancé d’entrée de jeu Philippe Girouard dans son rôle de Patrick Simard. © Crédit photo : Myriam Bercier
Une manifestante a pris la parole afin de faire connaître son expérience avec le TAL. Elle a été victime de ce qu’on appelle une reprise de mauvaise foi, c’est-à-dire que son propriétaire a utilisé son loyer autrement que ce qu’il avait promis après avoir repris son logement. Cela lui est arrivé le 28 décembre 2006. Depuis, elle a eu un jugement de cours qui n’a pas été respecté, a subi une invasion de domicile, a changé de propriétaire et 14 ans plus tard elle doit encore aller au TAL. « J’ai une audience prévue le 24 novembre, dans deux semaines jour pour jour » a-t-elle dit à la foule. © Crédit photo : Myriam Bercier 
Pour fêter les 40 ans du Tribunal administratif du logement, les personnifications de la Ministre de l’habitation et du président dudit tribunal ont demandé aux manifestants de leur apporter des cadeaux. Les voici ici posant fièrement devant une pile de cadeaux et un gâteau offerts par les manifestants. On peut voir sur les cadeaux les demandes de la RCLALQ, soit un contrôle des loyers. © Crédit photo : Myriam Bercier
Un manifestant a offert au président et à la ministre personnifiés « l’ABC du contrôle des loyers ou comment prioriser l’intérêt général », ce à quoi a répondu le faux président : « Sur le site de la Régie, on a fait des vidéos explicatives de moins de deux minutes, c’est ça qu’il faut faire, pas un gros document! », évoquant ainsi des capsules vidéo que l’on peut retrouver sur le site du Tribunal administratif du logement depuis le 31 août 2020. © Crédit photo : Myriam Bercier
À l’arrivée des manifestants, l’ambiance était à la fête : de la musique pop se faisait entendre à quelques coins de rue du lieu de rassemblement, des manifestants tenaient des ballons, agitaient des tambourins alors que d’autres arboraient des chapeaux de fêtes. Ici, on voit une manifestante qui s’occupe de délimiter la manifestation, tambourin et ballons bien en main. © Crédit photo : Myriam Bercier
Trois manifestants posant pour les caméras avec leurs pancartes sur lesquelles on peut lire notamment « le logement c’est un droit! » et « les loyers explosent, un contrôle s’impose » qui est la nouvelle campagne de la RCLALQ. © Crédit photo : Myriam Bercier
Manifestante scandant des slogans, répétés par la foule de manifestants présents. Quelques exemples de cris de ralliement entendus : « Le contrôle des loyers, pour qu’on puisse respirer » ou encore « La CAQ, les proprios, dans le même lit, dans le même bateau! » © Crédit photo : Myriam Bercier
Pendant l’allocution de Philippe Girouard et Caroline Magnier, les manifestants ont placardé la vitrine des locaux du TAL sur le boulevard René-Lévesque Ouest avec les affiches de leur nouvelle campagne. Derrière la fenêtre, on voit un gardien de sécurité qui s’assure qu’il n’y ait pas de débordement. © Crédit photo : Myriam Bercier
Un homme est venu chanter pour les manifestants. Il a repris la chanson L’Amérique de Joe Dassin en changeant les mots pour qu’ils représentent leur cause. Le refrain est ainsi devenu « Le contrôle, le contrôle des loyers c’est ce qu’il faut appliquer […] Si le gouvernement a le moindre jugement Il va légiférer pour nous sortir de la pauvreté. » Il a ensuite scandé des slogans comme « Les colocataires s’appauvrissent, gouvernement il est complice » et « Laforest ouvre-toi les yeux, c’est notre vie qui est en jeu. » On le voit ici derrière la pile de cadeaux offerts par les manifestants.
Des slogans tels que «c’est assez de payer cher, les locataires sont dans’ misère» ou encore «quand le proprio vient collecter, y’a pu rien dans le garde-manger!» ont été scandés à plusieurs reprises lors de la manifestation. Ici, un manifestant avec à la main une pancarte sur laquelle on peut lire « je ne peux me nourrir aujourd’hui : contrôle des loyers maintenant! » (traduction libre) © Crédit photo : Myriam Bercier
La manifestation vue du coin de la rue Bishop. On y voit notamment des policiers qui s'assurent du contrôle du rassemblement. Six autres policiers sont de l'autre côté de la rue prêts à intervenir en cas de besoin. © Crédit photo : Myriam Bercier