Le gouvernement du Québec a mis en ligne le 30 mars une plateforme qui permet aux élèves du primaire de faire des activités éducatives. Depuis le 6 avril, les parents reçoivent un courriel avec une liste de travaux à faire pour leurs enfants. Mais qu'en est-il des cours d'éducation physique?

Une communication difficile

Selon l'orthopédagogue d'une école primaire du Saguenay Marilyn Gaudreault, seuls les enseignants titulaires ont pu contacter les élèves. Les enseignants en éducation physique, en musique et en arts plastiques n'ont donc pas l'obligation de donner une liste de devoirs aux élèves.

C'est l'inverse à l'école primaire le Carrefour à Lorraine. L'enseignant en éducation physique et à la santé Alexandre Lacas a décidé d'aller plus loin que de contacter les élèves. «On fait des capsules une fois par semaine, explique-t-il. On donne un cours pour tous les niveaux.»

Il réalise des capsules de karaté avec ses collègues et va bientôt ajouter de la jonglerie. Pour le moment, ces capsules sont seulement disponibles pour les élèves de son école, mais le projet peut possiblement être élargi. «J’envoie les capsules à mes amis, mais il y a aussi l'option de partager», précise-t-il.

Plusieurs options disponibles

Ce ne sont pas tous les élèves à travers la province qui ont le luxe d'avoir des capsules vidéo pour faire de l'exercice. Pour les autres, il existe d'autres options pour dépenser de l'énergie.

L'enseignante en éducation physique au primaire Joyce Lavoie fait remarquer qu'il existe des ressources en ligne pour exécuter des exercices sous forme de danse ou de cours de musculation.

Elle souligne aussi qu'il est très difficile de faire un cours incluant des sports comme le soccer ou le basketball. La meilleure option, selon elle, est la course.

«La chose la plus facile au monde, c'est de courir et le faire sous forme d'intervalles», mentionne-t-elle.

Par exemple, on peut courir 20 secondes, marcher 10 secondes et ainsi de suite. Bref, même s'il n'y a pas de cours d'éducation physique, les enfants ont plusieurs solutions pour bouger.

D'ailleurs, ils n'auront pas le choix de bouger sans leurs cours d'éducation physique, puisque les écoles n'ouvriront pas avant le mois de mai.

0
0 (Crédit photo : 0)