La liberté d'expression est au cœur d'un débat de société suite aux attaques terroristes qui ont eu lieu récemment en France. Alors que Justin Trudeau estime que la liberté d'expression a ses limites, François Legault n'est pas d'accord et affirme que la liberté d'expression est non négociable.

Vendredi dernier, alors qu'une polémique sévit en France, le premier ministre du Canada s'est positionné en faveur d'un usage prudent de la liberté d'expression et a souligné l'importance d'agir avec respect et de ne pas blesser autrui de manière inutile.

Cet opinion à fait réagir plusieurs hommes politiques, comme le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, ou encore le premier ministre du Québec, François Legault, qui sont en désaccord et qui l'ont d'ailleurs exprimé au cours des derniers jours.

Lors de son point de presse mardi matin, Justin Trudeau a reçu une question par rapport à son affirmation d'il y a quelques jours et il a ainsi rectifié sa position : “Comme je l'ai dit vendredi, les actes terroristes, les actes haineux qu'on a vu en France sont absolument inacceptables et absolument injustifiables. Il n'y a aucune justification pour cette violence, c'est ce que j'ai dit et c'est ce que je continuerai de dire. Comme j'ai aussi dit, nous sommes de tout cœur avec nos cousins français (...)”

Un appel de la part du président français

Mardi matin, par l'entremise de sa page Facebook, François Legault a dit avoir reçu un appel de la part d'Emmanuel Macron. Le premier ministre a été remercié pour le soutien du Québec dans la défense de la liberté d'expression. Dans la publication, on peut d'ailleurs lire ceci : “Dans une société démocratique comme la nôtre, on ne doit surtout pas plier devant l'intimidation et la violence de ceux qui sont en désaccord avec la liberté d'expression. Si on se met à faire des compromis là-dessus, on ébranle les fondements de notre société. La nation française est notre alliée et même un peu plus que ça. Elle peut compter sur nous."

Le Québec est aux côtés de la France pour défendre la liberté d'expression.” - François Legault, premier ministre du Québec.

Lors de son point de presse, François Legault a pu encore une fois s'exprimer sur le sujet de la liberté d'expression : “Il y a certains dirigeants politiques qui craignent le terrorisme et qui, devant le chantage de certains groupes religieux radicaux, sont prêts à faire des accommodements qui ne sont pas raisonnables”.

En donnant son avis, le premier ministre a d'ailleurs fait un parallèle avec un débat qui a lieu depuis un certain moment au Québec : celui sur la loi sur la laïcité.

“On a le même débat au Canada. On l'a eu sur la loi 21. Défendre la laïcité ou défendre le multiculturalisme? Mais nous, c'est clair où on se situe, on va défendre les valeurs fondamentales de la nation québécoise, comme la liberté d'expression, comme la laïcité.”