Le gouvernement de François Legault a annoncé mardi que la population de 45 ans et plus au Québec était admissible à recevoir le vaccin AstraZeneca dès mercredi après un bilan quotidien qui s'élève à 1136 nouveaux cas et 17 décès.

Il faut être prudent dans toutes les régions du Québec - François Legault

Une étude publiée par les chercheurs du Comité sur l'immunisation du Québec, fournie sous embargo au premier ministre québécois mardi, a fixé l'âge sécuritaire pour la vaccination avec AstraZeneca à 45 ans, alors que les autres provinces du Canada avaient récemment opté pour 40 ans. Selon le directeur de santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, "la raison pour laquelle l'âge est choisi et peut différer d'un territoire à l'autre, c'est en fonction de l'incidence de la maladie, mais aussi de la situation épidémiologique".

M. Legault a annoncé que le gouvernement du Canada allait donner moins de vaccins Moderna au Québec cette semaine, mais Ottawa a assuré qu'il pallierait ce manque avec plus de vaccins Pfizer la semaine prochaine.

Régions encore en rouge

Le premier ministre du Québec a également annoncé que les mesures d'urgence seraient prolongées jusqu'au lundi 3 mai dans les régions de la Capitale-Nationale, de Chaudière-Appalaches et de l'Outaouais. Le couvre-feu y reste à 20h, et les commerces non essentiels ainsi que les écoles primaires demeurent fermés. "Il faut être prudent dans toutes les régions du Québec", a renchéri le premier ministre Legault en mettant l'accent sur l'augmentation des hospitalisations des "jeunes adultes" dues au virus.

Ce qui inquiète le gouvernement Legault, c'est la capacité hospitalière limitée de la région de l'Outaouais, qui est la région avec le plus haut taux de résultats positifs au virus, soit 10,9 %. Le manque de place dans les hôpitaux pousse aussi la région à transférer des patients du côté des Laurentides.

L'inquiétude ontarienne

Avec un bilan quotidien qui s'élève à 3469 nouveaux cas et 22 décès, l'Ontario descend sous la barre des 4000 cas après plus d'une semaine passée au-dessus de celle-ci. Malgré tout, le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a annoncé que les entreprises ontariennes avec cinq employés et plus ayant obtenu un test positif à la COVID-19 devraient fermer leurs portes pendant dix jours. Une décision prise par le bureau de santé publique de Toronto après qu'il eut jugé le plan de prévention de Doug Ford "insuffisant" pour combattre la pandémie.

Devant cette situation qui se stabilise en Ontario, François Legault a prévenu "qu'il faut rester très prudent, parce que, dans certaines régions, [le Québec] approche la capacité limite [des hospitalisations]", a-t-il expliqué en comparant la province à l'Ontario.

M. Legault ajoute qu'il n'a pas l'intention de rouvrir la frontière entre l'Ontario et le Québec de façon imminente, malgré la demande du maire d'Ottawa, Jim Watson, de lever des barrages. "Nous tenons à garder ces mesures-là pour nous assurer que les gens de l'Ontario ne viennent pas ajouter à la contagion de Gatineau, puis à différents endroits au Québec", a précisé le premier ministre Legault.